Concours monBestSeller – Camille Britton

Bonjour à tous,

Je participe au concours monBestSeller suivant : http://www.monbestseller.com/actualites-litt%C3%A9raire/3815-nouveau-concours-de-nouvelles-monbestseller#.VWo3y0biM9Y

Et comme rien n’empêche dans le règlement de partager aussi son texte ailleurs, je vais le publier ici 🙂

Titre : Doppelgänger

Je commence toujours ma journée de la même manière. J’allume mon ordinateur, sirote une petite gorgée de thé vert sencha, et repose mon mug Dark Vador à côté du clavier rétro éclairé au néon. Et puis je me cherche. Ou plutôt je cherche mon ombre numérique.

Je suis ce qu’on appelle communément un hackeur, un guerrier de la toile. Je bénéficie d’ailleurs d’un certain renom dans le dark monde où l’on me connaît en tant que Captain Britain. Et comme tout super héros, je me dois de garder ma véritable identité secrète.

Alors chaque jour, je me traque. Je vérifie méticuleusement tout ce qui pourrait avoir attrait à moi et à mes exploits. Je suis mes propres traces, contrôlant qu’elles aient bien fondu comme neige au soleil. Si je ne suis pas capable de me retrouver, personne ne le pourra : je suis le meilleur. J’en profite pour regarder si on parle de Captain Britain. Appelez cela de la vanité si vous le souhaitez, mais j’aime que l’on relate mes méfaits. Hier par exemple, je me suis un peu amusé avec ma cible favorite : un énième site de rencontre pour âmes esseulées. Je me suis évertué à remplacer des photos de profil par du nu, ou à publier les véritables identités sous les pseudos. Rien de bien méchant en soit… Juste une bonne tranche de rigolade signée le Cap, l’écho de l’ombre.

Je me lance donc en quête de moimême à l’aide d’un moteur de recherche que j’ai personnellement développé. Booble que je l’ai appelé pour faire un pied de nez aux majors. Les résultats sont rafraîchissants, mais routiniers : admirateurs, détracteurs, rien qui sortent de l’ordinaire. Et moi l’ordinaire, ça me fatigue ! Aujourd’hui, j’ai décidé de faire un coup d’éclat. Moi, le Cap, je vais m’attaquer à la Rolls des sites de rencontre : FacetoFaceBook, un lieu reconnu, une beauté techniquement opaque; un défi à ma taille.

Je fais un tour sur ma chaise de bureau, enfile mon casque de pilote de X-Wing ça m’aide à me concentrer , fais craquer mes doigts. Je suis prêt.

Je perce leurs défenses en moins de temps qu’il en faut pour épeler Boba Fett. Je me crée un utilisateur qui a les droits sur tout et sur tout le monde.

« Alors, par qui est-ce que je commence ? »

Je jubile d’avance, je l’avoue.

« Bingo ! On a un gagnant ! »

Je ne pouvais pas la louper celle-là. La fiche d’un mec qui recherche sûrement l’amour, un pauvre gland et surtout – aussi étonnant que cela puisse paraitre –mon homonyme complet : Camille Britton.

Je me sens comme un gamin dans un magasin de bonbon ou Mozart devant un piano, faites votre choix. J’ouvre le profil :

Camille Britton

Photos : n/a

Homme, célibataire

Date de naissance : 29/05/1980

J’aime : uniquement moi

Je n’aime pas : la solitude de ma chambre, c’est pour ça que je me venge sur les autres, les gens qui sont heureux de préférence.

Qualités : beau, intelligent

Défauts : vaniteux, orgueilleux, nombriliste, trop sûr de lui, trop intelligent, con,

Autre(s) : on me connaît aussi sous le nom de Captain Britain sur le net.

« C’est quoi cette merde ? »

Je sens de la sueur perler sur mon front. Je vais plus loin dans l’analyse et découvre que la fiche est privée et n’a pas encore été partagée… Peut-être ai-je de la chance dans mon malheur.

Sur le moment, je ne réfléchis pas plus que ça et efface toute trace de ce profil. Voilà ! Il n’a jamais existé. Je supprime également toute preuve de mon intrusion et quitte ce site de merde.

Une enveloppe clignote en bas de mon écran m’indiquant qu’un mail vient de me parvenir. Je double clique.

De : Camille Britton <captain.britain@darknet.com>

Objet : FaceToFaceBook

Que ce passe-t-il mon petit Camille, ma fiche ne te plaisait pas ? Ne t’inquiète pas, je viens d’en remettre une version améliorée en ligne. J’ai même ajouté une photo de toi !

P.-S.N’oublie pas de liker !

Je retourne immédiatement sur le site et retrouve rapidement ma fiche… Je commence à paniquer grave… Ma description a effectivement été mise à jour. Une date pour mon décès a été renseignée : aujourd’hui. Mes mains tremblent; j’ai le cœur dans la gorge. L’image illustrant mon profil est une photo de moi en train de me laver les dents. Une scène de mon quotidien datée d’hier soir… Un nouveau message termine le tout :

Hey, Captain, tu veux savoir qui je suis, ou plutôt qui tu es ? Like me baby !

P.-S. — Si tu effaces la fiche encore une fois, j’ajoute vidéos et taille de ta princesse Angelina. C’est bien comme ça que tu appelles ton sexe non ? Et puis je rends ton profil public bien sûr.

Je reste paralysé; la bouche sèche; sous le choc. Personne ne peut savoir ça… Personne… Enfin non pas personne : moi je le sais.

« Je suis dingo ? »

Je regarde les sillons laissés par le thé qui ruisselle sur la tapisserie. Tiens, je viens d’exploser Dark Vador…

« Allez Cam, t’es un hackeur de génie ou quoi ? »

J’use de tout mon talent et de mes ruses, je cherche, je sniffe toutes les pistes numériques de création de cette fiche de merde. Y a pas dix mille manières de savoir à quoi m’en tenir. Je dois bien l’avouer, j’ai rarement vu un mec aussi bon pour couvrir ses traces.

« Mais je suis meilleur. Eurêka ! »

Non pas eurêka… Ça vient de chez moi… Ça vient de chez moi et de ma machine… Je remarque à peine l’icône de notification de nouveau message clignoter à travers mes larmes.

De : Camille Britton <captain.britain@darknet.com>

Objet : Identité

Ouvre la boite de pandore, ouvre la porte des étoiles.

Ouvre ton cercueil, ou les portes du paradis qui sait ?

Like, et tu sauras !

J’entends un rire résonner dans la chambre; me retourne. Personne. Ce son vient de ma propre gorge… Le bouton like clignote tentant, solution finale à cette folie ?

Je like.

Je reçois un mail simultanément.

Je lis, je ris, je pleure, je suis fou… ou parfois j’aurais préféré l’être. Et jusque sur mon lit de mort, je me demanderai toujours et encore :

Mais pourquoi ai-je donc liké Camille Britton ?

Car depuis ce jour unique et inique, mon cher et tendre homonyme, devenu depuis ma femme, ne cesse de clamer sa supériorité devant la famille et les enfants… Ah oui, et une photo de moi me brossant les dents trône au-dessus de la cuvette des toilettes. Un truc pour me rappeler ce qu’est la modestie parait-il…

2 Comments

  1. J’aime beaucoup ta nouvelle. Elle est drôle et concise. J’y reconnais un petit air de Mr Mercedes.
    La fin est un peu énigmatique mais sans doute est ce volontaire ?

Leave a Comment

CommentLuv badge