Critique – Les Guerriers du Silence

Attention, alerte chef d’œuvre! J’ai lu ce Space Opéra il y a un bon moment déjà et suite à relecture (Comment ? il relit des livres ?), je me suis dit que j’allais tenter de vous le faire découvrir.

Les guerriers du silence est une trilogie de Pierre Bordage. Son nom ne vous dit rien ? Mais où étiez vous ces dernières années, vous qui lisez et lisez et lisez… Pierre Bordage, c’est un maître de la SF de la french touch. Il n’est pas connu que pour ça mais moi je ne l’aime que pour ça ^^. Le premier avantage : pas de problème de traduction, nous avons toutes les idées véhiculées avec les mots de l’auteur et je vous jure que ça a son importance lorsque les livres sont denses.

Qualitativement, ce space opéra d’envergure rivalise sans problème avec les maîtres du genre tel Dan Simmons ou Frank Herbert. Cette œuvre majeure a d’ailleurs permis à Bordage de percer et de se faire un nom bien mérité.

Ce cycle se compose donc en trois livres prestigieux : Les guerriers du silence, Terra Mater et enfin, La citadelle Hyponéros. Le premier fut récompensé du Grand prix de l’imaginaire et du prix Julia Verlanger en 1994. Quant au troisième et dernier volet, il reçut le prix Cosmos 2000 en 1996.

Synopsis

Tout commence par un complot fomenté par le gouvernement de la planète Syracusa pour étendre son empire sur l’ensemble de l’univers connu et inconnu . Pour parvenir à ses fins et prévoir les réactions de leurs adversaires ils font appellent aux Scaythes d’Hyponéros, créatures d’apparence vaguement humanoïde qui ont la faculté de violer l’intimité des pensés. Mais ces êtres régis par une instance supérieure inconnue, ne sont-ils pas une menace pour l’ensemble de l’espèce humaine ? Sur une planète perdue, un employé de la C.I.L.T, l’agence de transfert cellulaire vers toutes les destinations de l’univers, va faire la rencontre d’une jeune femme syracusaine (que fait une syracusaine, peuple fièr, et aristocrate sur une planète de seconde zone comme celle-ci de demandera-t-il à juste titre). Cette rencontre inattendue, il le pressent, va bouleverser son destin et qui sait … peut être aussi celui de toute l’humanité.

Ceci n’est bien sûr que l’entrée en matière du premier volume. Sur trois actes, l’auteur parvient à tisser un univers entraînant et structuré dans lequel le lecteur se trouve immédiatement enlisé, contraint d’atteindre la fin de se nectar divin.

Si j’avais quelque chose à ajouter, ce qui est d’ailleurs le cas, je dirais que la psyché des personnages est magnifiquement développée nous permettant de mieux appréhender leurs réflexions et choix. On pourrait abusivement reprocher à Bordage, la facilité avec laquelle, il mélange, comme un peintre avec ses couleurs, des croyances, des récits mythiques et ésotériques actuels, des allusions à la Bible , à la Thora, au Coran, … Mais ce melting pot des cultures sert merveilleusement bien l’histoire tout en donnant un cadre connu au lecteur.

Ma note :
9
/ 10

En conclusion : je me vois dans l’obligation morale de chaudement vous recommander cette lecture. Si vous aimez Star Wars, vous devriez adorer Les guerriers du silence^^

A bientôt!

1 Comment

  1. Une critique très pertinente à la hauteur de ce chef d’œuvre…
    De Pierre Bordage, je recommande également la lecture d’Abzalon et de Porteurs d’Âmes, qui sont deux très bons romans.
    Sinon, voici la critique que j’ai faite des Guerriers du Silence : http://critiques-imaginaire.com/blog/les-guerriers-du-silence-de-pierre-bordage/ qui rejoint celle-ci sur beaucoup de points.
    Bonne continuation pour ton blog !

Leave a Comment

CommentLuv badge