Critique – Nous entrerons dans la lumière

Nous entrerons dans la lumière est un livre Fantastique post apocalyptique écrit par Michèle Astrud et publié aux éditions Aux forges de vulcain.

4ème de couverture

« Je suis le guetteur de la nuit, le gardien des hautes cimes. Je surveille l’arrivée du désert, l’avancée des tempêtes… »
Dans un monde détruit, chacun lutte férocement pour sa survie. Chaque jour, Antoine se bat contre l’oubli, en photographiant son environnement en train de disparaître. Seul, il n’a plus que Chloé, sa fille traumatisée, qui réside dans une institution. Sonia, son amour de jeunesse devenu documentariste, réapparaît alors, pour terminer le film qu’ils avaient jadis commencé. Antoine décide de partir sur la route avec Chloé, dans l’espoir de sauvegarder l’œuvre de Sonia, et de les sauver eux-mêmes.
Roman initiatique, réflexion sur la mémoire et la filiation, Nous entrerons dans la lumière emporte ses lecteurs dans une atmosphère des derniers jours où l’obscurité gagne, dans une errance où l’oubli croît. Ensemble, Chloé et Antoine parviendront-ils à retrouver la lumière ?

Attention – Critique avec spoiler

Dans un monde chaotique où se mêlent la violence, l’effroi, et l’incertitude d’un lendemain, le héros tente de mener à bien les deux missions qu’il s’est fixé : Honorer la mémoire de celle qu’il a toujours aimée et protéger sa fille, fragile, et au sujet de laquelle il culpabilise.

Le combat que mène ce père tout au long du récit et la complicité qu’il forge avec sa fille à moitié amnésique rendent ce roman touchant. Il s’en veut évidemment au sujet de son état de santé, mais essaie tout de même de ne pas être le seul acteur de sa vie. Il tente d’intégrer sa mère avec qui l’héroïne ne veut plus aucune relation, se sentant abandonnée par celle-ci.

En revanche, le monde sauvage dans lequel ils vivent, apporte pour moi peu d’intérêt à l’histoire en dehors de montrer la volonté de ces deux personnages, de lutter contre la violence d’un traumatisme d’enfance, dans une atmosphère elle-même violente… Combattre le mal dans le mal.

Enfin, l’histoire aurait pu être poursuivie/approfondie au niveau des relations entre la fille et sa mère : pourquoi ne pas narrer leurs retrouvailles. On reste clairement ici sur notre faim.

Ma note :
6.5
/ 10

Le contexte, l’intrigue et les personnages sont un peu longs à se construire, à se mettre en place. Les descriptions sont beaucoup trop nombreuses au début du livre. Toutefois, les chapitres sont dans l’ensemble bien proportionnés et, une fois l’histoire débutée, on poursuit avec de plus en plus de plaisir l’aventure des deux héros. Mention spéciale pour la superbe couverture.

Florence

Leave a Comment

CommentLuv badge